Archive for 2011

LA FIN DU MONDE : UNE REALITE INELUCTABLE

1. Les signes éloignés
Il s’agit des évènements qui se sont produit depuis longtemps déjà. Comme le laps de temps qui les sépare de la Fin des Temps est assez long, c’est pourquoi ils ont été qualifiés de « Signes éloignés ». On compte parmi eux:

- La venue du Prophète Mouhammad (sws).

- La fente de la lune par un signe du doigt du Prophète Mouhammad (sws)

- Le départ de ce monde du Prophète Mouhammad (sws)
- La bataille de « Siffîn » qui a eu lieu au mois de Safar de l’an 37 de l’Hégire entre l’armée de Ali (radhia allâhou anhou) et celle de Mouâwiyyah (radhia allâhou anhou).
D’après les commentateurs de Hadith comme Ibné Hadjr (r.a). et Allâmah Qoustoulâni (r.a.), un Hadith du Sahih Boukhâri en fait allusion. Le Prophète Mouhammad (sws) disait :
« L’Heure ne viendra pas tant que deux groupes importants ne se soient pas livrés bataille. Il y aura entre eux une guerre terrible; cependant ils se réclameront d’une même cause. » (Boukhâri)

- L’invasion des Tatares avec la prise de Bagdâd au cours du 7ème siècle de l’Hégire.
Le Prophète Mouhammad (sws) l’avait prédit, plus de 600 années auparavant, avec des détails édifiants:
« L’Heure n’aura pas lieu tant que vous n’aurez pas combattu les Turcs aux petits yeux, rougeauds, au nez petit et fin. Leur visage ressemblera à un bouclier martelé. L’Heure ne viendra pas tant que vous n’aurez pas livré combat à des gens dont les sandales seront fait de poils. » (Boukhâri)

D’autres versions sont cités par Mouslim, Ahmad, Tirmidhi…

- Le terrible incendie qui débuta de la région du Hidjâz quelques temps avant les invasions Tatares, toujours au cours du 7ème siècle de l’Hégire.
« L’Heure ne viendra pas tant que n’apparaîtra pas un feu de la terre du Hidjâz qui illuminera le cou des chameaux de Basrâ. » (Mouslim et Boukhâri) disait le Prophète Mouhammad (sws).

2. Les signes intermediaires
Il s’agit des évènements qui ont déjà commencé à se produire, mais qui ne sont pas pour autant terminés. Beaucoup d’entre eux se réalisent encore actuellement et continueront à voir le jour jusqu’à ce que surviennent les
Signes Majeurs. En voici quelques uns:

- Il sera de plus en plus difficile de pratiquer sa religion.

Le Prophète Mouhammad (sws) dit en ce sens que, viendra un temps où la condition de celui qui voudra rester ferme sur sa religion sera comparable à celle d’un homme qui tient une braise dans la paume de sa main. (Tirmidhi)

« Quand le croyant au sein de sa tribu sera plus méprisé qu’une brebis chétive. » (Tabrâni)

- Les gens n’occuperont plus la place qui leur revient et des changements importants auront lieu dans le monde.
On rapporte que le Prophète Mouhammad (sws), répondant à une question de Djibraïl (alayhis salâm) au sujet des Signes de l’Heure, dit: « Quand tu verras la servante engendrer sa maîtresse (possible allusion à la désobéissance des enfants envers leurs parents), et les va-nu-pieds, les gueux, les miséreux et les bergers rivaliser dans la construction de maisons de plus en plus hautes. » (Boukhâri et Mouslim).

Le Prophète Mouhammad (sws) dit encore: « Parmi les signes de l’Heure:… on accusera l’honnête de trahison et on fera confiance aux traîtres. » (Ahamd, Bazzâr, Tabrâni).

Autres Hadiths à ce sujet:

- Parmi les Signes annonciateurs de l’Heure: « les mauvaises personnes seront honorées, les bonnes rabaissées, les actes et pratiques se feront rares tandis que l’on parlera beaucoup… » (Hâkim)

« Quand le commandement sera confié à ceux qui n’en sont pas dignes… » (Boukhâri)

« L’Heure ne viendra pas avant que la terre des arabes ne soit couverte de
ruisseaux… » (Ahmad, Mouslim, Hâkim)

« Quand les déserts seront construits et les villes détruites… » (Tabrâni)

- L’impudeur et le vice se répandront, avec notamment la généralisation de l’homosexualité et du lesbianisme.

Le Prophète Mouhammad (swsam) disait à ce sujet: « La Fin du Monde n’aura pas lieu tant que les gens ne s’accoupleront pas en public dans la rue comme le font les ânes. » (Ibné Hibbân, Bazzâr)

« Parmi les Signes de l’Heure: l’apparition de la grossièreté et de l’indécence… » (Tabrâni)

« Quand les hommes se satisferont des hommes et les femmes des femmes. » (Tabrâni)

« (quand)…prolifèreront les enfants adultérins. » (Tabrâni)

« … les femmes seront dévêtues tout en étant habillées… »(Ahmad et Hâkim)

« Parmi les signes de l’Heure: … (la généralisation) de l’adultère » (Boukhâri)

- Les liens familiaux seront rompus.
« Quand les liens de sang seront rompus… » (Moussannaf Ibné Abi Chayba)

« … (quand) l’homme obéira à sa femme et se montrera irrespectueux à l’égard de sa mère, quand il favorisera son ami et éloignera son père… »
(Tirmidhi)

- Les forces de police et de sécurité seront nombreuses.
« Quand les forces de police se seront multipliées… » (Tabrâni).

- Le commerce se généralisera, mais les marchés connaîtront dans leur ensemble la récession.

« Avant la venue de l’Heure, il y aura (..) l’extension du commerce (possible allusion au phénomène de mondialisation commercial)… » (Ahmad)

« … (quand) la femme épaulera son époux dans son commerce, et le marché connaîtra la récession. » (Ibné Mardawayh).

- Les savants seront corrompus. « A la Fin des Temps, il y aura des dévots ignorants et des connaisseurs pervers. » (Abou Nou’aym)

« Quand vos savants apprendront en vue de gagner Dinârs et Dihrams… » (Daylami)

- Les saisons seront trompeuses.
« Viendront pour les gens des saisons trompeuses… » (Ahmad, Ibné Mâdja et Hâkim) D’après certains commentateurs, ce Hadith fait allusion à l’augmentation des pluies avec la diminution des récoltes. Il est aussi possible que ce Hadith fasse allusion aux anomalies climatiques qui se multiplieront.

- Les morts subites et les assassinats augmenteront considérablement.
« L’Heure n’aura pas lieu tant que n’augmentera pas le « Hardj. »
Quand on demanda au Prophète Mouhammad (sws) le sens du « Hardj », il expliqua « Le meurtre, le meurtre… » (Mouslim)

« Par Celui qui tient ma vie entre Ses Mains, ce monde ne disparaîtra pas avant que ne vienne pas une époque pour les gens où l’assassin ne saura pas pourquoi il a tué et la victime ne connaîtra pas non plus pourquoi elle a été tuée.  » (Mouslim)

- Pour ce qui est des morts subites, un Hadith de Tabrâni fait allusion à leur augmentation à la Fin des Temps.

- On considèrera les choses interdites comme licites.
« Viendra au sein de ma Communauté des gens qui considèreront l’adultère, le (port de la) soie (pour les hommes), le vin et les instruments de musique comme licites. » (Boukhâri)

- Le temps se contractera.
« L’Heure n’aura pas lieu tant que le temps ne se sera pas contracté, au point que l’année passera comme un mois, le mois comme une semaine, la semaine comme un jour, le jour comme une heure; et l’heure s’écoulera aussi vite qu’un tison enflammé. » (Tirmidhi)
3. Les signes proches ou majeurs
Il s’agit là des évènements importants qui se succèderont juste avant la Fin du Monde. Bien que de nos jours, leur réalisation puisse paraître comme relevant du domaine du surnaturel, il n’en reste pas moins que chaque musulman doit avoir la conviction qu’ils se passeront réellement, comme nous l’ont annoncé Allah et Son Messager (sws).

Ces Signes, qui sont plus ou moins connus, constitueront un message clair à l’attention de l’Humanité annonçant le Début de la Fin.

- Grandes batailles entre les musulmans et leurs ennemis.

- Apparition de Al Mahdi.

- Prise de Constantinople.

- Apparition de Daddjâl.

- Retour de Issa (alayhis salâm).

- Mort de Daddjâl.

- Invasion des Gog et Magog (« Yâdjoûdj – Mâdjoûdj ») suivi de leur
extermination.
- Règne de Issa [Jesus] (alayhis salâm) puis son départ de ce monde.

- Apparition d’une fumée particulière qui feront souffrir énormément
les mécréants.

- Lever du soleil à l’Ouest.

- Venue du « Dâbbah minal Ardh » (la Bête de la Terre) , qui parlera aux
hommes.

- Apparition d’un Feu venant du Yémen.
- Mort de tous les musulmans.

- Fin du Monde sur les plus vils des hommes.

LA TOMBE : PREMIERE STATION DE LA VIE FUTURE.

Hadith rapportés par Al Barâ Ibn Âzîb (radhia Allâhou anhou), qui raconte :
Nous sommes sortis vers Baqi’ (le cimetière de Médine), (un jour) à l’occasion d’un enterrement, en compagnie du Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam). Lorsque nous arrivâmes, la tombe n’était pas encore creusée; le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) s’assit et nous nous assîmes autour de lui, (nous étions tellement silencieux et tranquilles que c’était) comme s’il y avait des oiseaux sur nos têtes.Il (sallallâhou alayhi wa sallam) avait un bâton dans sa main qu’il utilisait pour gratter la terre. Il leva alors la tête et dit, en deux ou trois fois: « Demandez la protection d’Allah contre le châtiment de la tombe. »
Puis il dit: Le serviteur croyant, lorsqu’il est sur le point de quitter ce monde et de passer dans l’Autre (Al Âkhirah), des anges au visage resplendissant descendent du ciel –c’est comme si leur visage était un véritable soleil-, emportant avec eux un linceul et du parfum provenant du Paradis. Ils s’asseyent avec lui (et ils sont tellement nombreux qu’ils arrivent) jusqu’où porte le regard. Puis, vient l’ange de la mort (malak oul mawt) qui s’assoit auprès de sa tête et dit: « Ô âme pure ! Sors (et viens rejoindre) un pardon et un agrément venant d’Allah. »
Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) ajouta: Elle (l’âme) s’écoule et sort alors (aisément) comme la goutte coule de l’outre. (L’ange de la mort) la saisit; (mais) dès qu’il l’a prise, (les autres anges présents) ne la laisse pas entre ses mains un instant; ils la portent à leur tour et la posent dans le linceul et la parfument. Emane alors d’elle (un parfum comparable) à la meilleure flagrance de musc qui puisse être trouvée sur terre. Il (sallallâhou alayhi wa sallam) continua: Ils (les anges concernés) montent alors en l’emportant. Ils ne passent en sa compagnie auprès d’aucun groupe d’anges sans que ceux-ci ne s’enquièrent: « Quelle est donc cette âme pure ? »
Ils répondent alors: « (C’est celle de) Un tel, fils d’untel », et ils la nomment en citant les plus beaux prénoms par lesquels on le désignait dans ce monde, jusqu’à ce qu’ils arrivent avec elle au ciel le plus proche. Ils demandent la permission d’entrer et celle-ci leur est accordée. L’accueillent alors ceux qui vont la conduire au ciel suivant, jusqu’à ce qu’elle parvienne au septième ciel. Allah -l’honoré et l’exalté- dit: « Consignez le Livre de mon serviteur dans le ‘illiyîn (au sujet duquel le Qour’aane dit qu’il s’agit d’ un livre cacheté ! Les rapprochés (d’Allah : les Anges) en témoignent », c’est à dire le Livre des bons serviteurs…) et retournez le vers la terre, parce que c’est d’elle que je les ai créé, c’est vers elle que je les retourne, et c’est d’elle que je les retirerai une nouvelle fois » Il (sallallâhou alayhi wa sallam) continua: Son âme est donc ramené à son corps. Deux anges viennent alors, le font s’asseoir et lui demandent: « Qui est ton seigneur ? » Il répond: « Mon Seigneur est Allah. » Il lui demandent ensuite: « Quelle est ta religion ? » Il réplique: « Mon dîn est l’Islam ». Il le questionnent encore: « Qui est cet homme qui a été envoyé vers vous ? » Il dit: « Il est le Messager d’Allah. » Il lui demandent enfin: « Et (d’où tiens-tu) ta connaissance (au sujet de ce que tu affirmes) ? » Il réplique: « J’ai lu le Livre d’Allah, j’ai apporté foi en lui et j’ai attesté de sa véracité. » Un appel est alors lancé du ciel: « Mon Serviteur a dit la vérité. Tapissez donc le Paradis pour lui, habillez-le de vêtements du Paradis et ouvrez lui une porte celle-ci. »
Il (sallallâhou alayhi wa sallam) dit: Lui parviennent alors sa brise et son parfum; sa tombe est élargie jusqu’où porte le regard. Il (sallallâhou alayhi wa sallam) ajouta: Et un homme au beau visage, bien habillé et parfumé vient auprès de lui et lui dit: « Accepte la bonne nouvelle qui va te réjouir: Voici le jour qui t’avait été promis. » Il (le défunt) lui dit alors : « Qui es-tu ? Ton visage est celui (de la personne) qui apporte le bien. » Il répondra : « Je suis (la matérialisation de) tes bonnes œuvres. » Il (le défunt) demandera alors: « Ô mon Seigneur ! Fais survenir l’Heure (dernière), afin que je puisse retourner auprès de ma famille et de mes biens. »
Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) dit (ensuite): Et le serviteur kâfir, lorsqu’il est sur le point de quitter ce monde et de passer dans l’Autre, des anges au visage noirci descendent du ciel vers lui avec de la bure. Ils s’asseyent avec lui (et ils sont tellement nombreux qu’ils arrivent) jusqu’où porte le regard. Puis, vient l’ange de la mort (malak oul mawt) qui s’assoit auprès de sa tête et dit: « Ô âme répugnante ! Sors vers la colère et le mécontentement d’Allah. »
Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) dit: L’âme se répand alors partout dans son corps et il l’arrache comme on arrache une broche de la laine trempée. Il la saisit; (mais) dès qu’il l’a prise, (les autres anges présents) ne la laisse pas entre ses mains un instant; ils la portent à leur tour et la posent dans cette bure. Emane alors d’elle (une puanteur comparable) à la pire pestilence d’un cadavre qui puisse être trouvée sur terre. Ils (les anges concernés) montent alors en l’emportant.
Ils ne passent en sa compagnie auprès d’aucun groupe d’anges sans que ceux-ci ne s’enquièrent: « Quelle est donc cette âme répugnante ? » Ils répondent alors: « (C’est celle de) Un tel, fils d’untel », et ils la nomment en citant les pires prénoms par lesquels on le désignait dans ce monde, jusqu’à ce qu’ils arrivent avec elle au ciel le plus proche. Ils demandent la permission d’entrer et celle-ci leur est refusée. Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) récita alors (le passage du Qour’aane faisant allusion à cela): « (…) les portes du ciel ne leur seront pas ouvertes, et ils n’entreront au Paradis que quand le chameau pénètre dans le chas de l’aiguille. » (Sourate 7 / Verset 40)
Allah -l’honoré et l’exalté- dit: « Consignez Son Livre dans le sidjîn (au sujet duquel le Qour’aane dit qu’il s’agit d’ « un livre déjà cacheté (achevé) », le Livre des libertins…) dans la terre inférieure (ou profonde). » Son âme est alors jetée – puis le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) récita (un autre passage coranique): « (…) car quiconque associe à Allah, c’est comme s’il tombait du haut du ciel et que les oiseaux le happaient, ou que le vent le précipitait dans un abîme très profond. » (Sourate 22 / Verset 31)
Son âme est donc ramenée à son corps et deux anges viennent alors, le font s’asseoir et lui demandent: « Qui est ton seigneur ? » Il répond: « Ah ! Ah ! Je ne sais pas… » Il lui demandent ensuite: « Quelle est ta religion ? » Il réplique: « Ah ! Ah ! Je ne sais pas… ». Il le questionnent encore: « Qui est cet homme qui a été envoyé vers vous ? » Il dit: « Ah ! Ah ! Je ne sais pas… » Un appel est alors lancé du ciel: « Il a menti. Tapissez donc l’Enfer pour lui et ouvrez lui une porte vers le Feu. » Lui parviennent alors (les effets de) sa chaleur et son vent brûlant; sa tombe se rétrécit sur lui au point où ses côtes se retrouvent emboîtés (les uns dans les autres). Un homme au visage laid, mal vêtu et puant vient auprès de lui et lui dit: « Accepte la nouvelle qui va te déplaire: Voici le jour qui t’avait été promis. »
Il (le défunt) lui dira alors : « Qui es-tu ? Ton visage est celui (de la personne) qui apporte le mal. » Il répondra : « Je suis (la matérialisation de) tes œuvres malsaines. » Il (le défunt) demandera alors: « Ô mon Seigneur ! Ne fais pas survenir l’Heure (dernière, et ce, apparemment, afin qu’il ne soit pas jugé définitivement et qu’il n’ait pas à supporter des tourments encore plus terribles.) »

LE PARADIS : LA DEMEURE DES PIEUX SERVITEURS DU TRES HAUT « ALLAH »

Son étendue et son délicieux parfum
Combien vaste est la Demeure de la paix et combien délicieux est le parfum qu’elle dégage!
En fait, elle est aussi vaste que les cieux et la terre et elle dégage un parfum que l’on sentirait à une distance de cent ans (de marche). A ce propos, le Tout Puissant dit:
« Hâtez-vous vers le pardon de votre Seigneur et vers un Jardin large comme les cieux et la terre, préparé pour ceux qui craignent Allah » [Sourate Al Imran, 133]
Le Prophète, qu’Allah le bénisse et le salue, dit :
« Son odeur est sentie à une distance de cent ans »
Ses portes
Le Paradis s’ouvre sur huit portes : l’une d’entre elles s’appelle Ar-Rayane réservée à ceux qui jeûnent et une porte spéciale est destinée aux membres de la communauté de Mouhammad, qu’Allah le bénisse et le salue, qui n’ont pas de comptes à rendre.
Le portes du Paradis son très larges. Une marche de quarante années sépare un battant de l’autre et pourtant ceux qui entreront au Paradis seront en si grand nombre que ces passages regorgeront.
Les boucles de ces portes sont des rubis rouges et tiennent sur des plaques d’or.
Mouslim rapporte dans son Sahih le hadith du Prophète, qu’Allah le bénisse et le salue:
« Quarante années de marche séparent les deux battants des portes du Paradis; et viendra le Jour où elles regorgeront de gens »
Il dit aussi à propos des gens du Paradis:
« Ils aboutiront à la porte du Paradis et trouveront une boucle de rubis rouge accrochée sur des plaques d’or »
A la porte du Paradis
Qu’y a-t-il à la porte du Paradis?
Il y a un arbre grandiose. De la base de cet arbre jaillissent deux sources d’eau : la première assurera l’eau potable à ceux qui entrent au Paradis et la deuxième servira à leur purification. S’ils boivent de la première, ils ne souffriront plus d’indigence et s’ils se lavent dans la deuxième, leurs cheveux ne seront plus hirsutes. La preuve en est le verset coranique suivant:
« Ils porteront des vêtements verts de satin et de brocart. Et ils seront parés de bracelets d’argent. Et leur Seigneur les abreuvera d’une boisson très pure. » [Coran Al Insan, 21]
Le Prophète, qu’Allah le bénisse et le salue, dit:
« II existe à la porte du Paradis un arbre de la base duquel jaillissent deux sources: S’ils boivent de la première, l’éclat de la félicité fera rayonner leurs visages; s’ils font leurs ablutions dans l’autre, leurs cheveux ne seront plus jamais hirsutes » (Rapporté par Al Hafez Al Mounziri).
La réception des habitants du Paradis
L’entrée au Paradis se ferait sûrement à intervalles atteignant peut-être les cinq cents ans, car il est dit que les pauvres des musulmans précèdent les gens de bonne fortune vu qu’ils n’ont pas à attendre trop longtemps pour rendre des comptes et se faire juger contrairement aux gens riches et de bonne fortune.
« Ceux qui craignent leur Seigneur seront conduits par groupes au Paradis: ses portes s’ouvriront à leur arrivée; ses gardiens leur diront: «Paix sur vous! Vous avez été bons. Entrez ici pour y demeurer immortels » [Coran Sourate Az Zoumar XXXIX, verset 73].
En outre, le hadith suivant figure dans les deux Sahih:
«Le premier groupe qui entrera au Paradis aura l’aspect de la lune la nuit quand elle est pleine, et ceux qui y entreront après, seront plus brillants que les étoiles dans le ciel. Ils n’urineront pas, n’iront plus aux latrines, ne se moucheront pas, ne cracheront pas, leurs peignes seront en or, leur odeur sera celle du musc, leurs encensoirs seront alimentés par l’aloès, leurs épouses seront des « houris » aux grands yeux, leur caractère sera celui d’un seul homme. Ils auront la taille de leur père Adam de soixante coudées de hauteur dans le ciel.
La distinction entre les groupes de gens entrant au Paradis et leur beauté est due à la différence du nombre et de la qualité de leurs œuvres.
En effet, personne n’ignore que dans la vie présente, l’âme puise sa beauté de la foi et des bonnes œuvres accomplies. Dans l’au-delà également, l’âme embellit et accède au paroxysme du bonheur grâce à la pureté engendrée par la même foi et les mêmes bonnes œuvres effectuées dans la vie du bas monde.
Les groupes entrant au Paradis seront reçus par les anges et notamment par Radwane, le gardien du Paradis et ensuite par les anges chargés du Paradis et de ses habitants.
« La grande terreur ne les affligera pas, et les Anges les accueilleront: « voici le jour qui vous a été promis ». [Coran Sourate El Anbiya XXI, 103].
« Ses gardiens leur diront: «Paix sur vous! Vous avez été bons. Entrez ici pour y demeurer immortels»[Coran Sourate Az Zoumar XXXIX, 73].
Et aussi:
« les jardins d’Eden, où ils entreront, ainsi que tous ceux de leurs ascendants, conjoints et descendants, qui ont été de bons croyants. De chaque porte, les Anges entreront auprès d’eux » [Coran Sourate Ar Raad XIII, 23-24].
Les palais de la Demeure de la paix
Quiconque désire décrire ces palais et leur différenciation, ainsi que le bonheur et les bienfaits qu’ils contiennent, devrait répéter les paroles d’Allah, le Créateur de tout:
(le sens) « Quand tu regarderas là-bas, tu verras un délice et un faste royal. Ils porteront des vêtements verts de satin et de brocart. Ils seront parés de bracelets d’argent. Leur Seigneur les abreuvera d’une boisson très pure. «Cela vous est accordé comme une récompense. Votre zèle a été reconnu! » [Coran Sourate Al Insan LXXVI, 20-22].
Nous avons également toute latitude de citer les descriptions données par un seul homme, le Prophète illettré, Mouhammad, Messager d’Allah, qu’Allah le bénisse et le salue, qui honora la Demeure de la Paix de sa visite et l’a vu à l’état d’éveil une fois dans la vie présente et diverses fois pendant son sommeil et n’oublions pas que la vision des Prophètes est une révélation.
Dans le hadith qui suit, le Prophète, qu’Allah le bénisse et le salue, parle du dernier homme à entrer au Paradis:
« L’homme dira :
- Seigneur, faites que je rejoignes les gens.
Il ira flâner dans le Paradis et lorsqu’il s’approchera des gens, un palais se dressera à son intention. Il verra un joyau se dresser face à lui et il tombera sur le sol en prosternation.
- Lève ta tête, lui dira-t-on, qu’as-tu?
- J’ai vu mon Seigneur, dira-t-il
- Lève-ta tête, fusera la réponse, c’est une de tes maisons.
Ensuite, il rencontrera un homme et s’apprêtera à se prosterner devant lui.
- Non, n’en fais rien, lui dira-t-on.
- Je croyais que tu étais un ange, répondra-t-il.
- Mais non, sera la réponse, je suis un de tes gardiens et un de tes esclaves, et il marchera devant lui pour lui ouvrir le palais. Ce dernier serait un joyau creux qui aura son toit, ses portes et ses clefs intégrés en lui. Dans chaque joyau, il y aura des lits, des épouses et des Houris, la moindre d’entre elles sera une Houri aux grands yeux portant soixante-dix habits; la moelle de sa jambe sera transparente à travers ses habits. Son foie sera son miroir, et le sien sera le miroir de la Houri. S’il détourne son visage d’elle, elle grandira ses yeux soixante-dix fois. On lui dira: Regarde. Il regardera et entendra dire :
Ton royaume est équivalent à un trajet de cent années que ton regard pourra englober » (Rapporté par Al Hafz Mounziri, Ibn Abi Dounia et Tabarani).
Quant aux différents niveaux des gens du Paradis, différences conformes à la perfection de leur foi et à leurs nombreuses bonnes œuvres, citons le hadith suivant :
« Les habitants du Paradis verront les habitants des chambres supérieures comme ils verront l’étoile brillante apparaître à l’horizon de l’Est ou de l’Ouest. Ils diront :
- Messager d’Allah, ce sont les demeures des prophètes, personne ne peut les atteindre.
- Si, dira le Prophète, par celui qui tient mon âme dans sa main, il y aura des hommes qui ont cru en Allah et aux Messagers.
Le Seigneur cite à ce propos :
« Elancez-vous vers le Pardon de votre Seigneur, et vers un Jardin large comme le ciel et la terre, préparé pour ceux qui auront cru en Allah et en ses prophètes. Telle est la grâce d’Allah! Il la donne à qui il veut. Allah est le maître de la grâce incommensurable! » [Coran El Hadid, verset 21].
Une vue générale sur la terre du Paradis
Cher lecteur,
A ton avis, de quoi se constitue le sol du Paradis?
Est-il constitué de terre blanche ou rouge?
Ses cailloux sont-elles de diverses couleurs? Les murs et ses bâtiments sont-ils faits en briques de grande beauté?
La matière utilisée pour aligner les briques est-elle un mélange de sable blanc et de ciment de sable blanc et de ciment bleu et fin?.
Il faudrait savoir que le seul homme qui pourrait répondre à ces questions c’est le Prophète d’Allah, qu’Allah le bénisse et le salue, le seul à avoir vu le Paradis et y a vécu une heure.
Lorsqu’un Compagnon demanda au Prophète de lui parler du Paradis, il répondit :
« Il y a une brique en or et une autre en argent; le ciment qui les maintient est du musc; ses cailloux sont des perles et des rubis, son sable du safran; quiconque y entre goûtera les délices sans connaître l’indigence, demeurera éternel et ne mourra pas, ses habits ne s’useront pas; et il demeurera éternellement jeune ».

Les Jardins d’Eden
Les Jardins d’Eden se distinguent des autres Jardins du Paradis par une caractéristique : le Seigneur les a directement créés. Le Prophète, qu’Allah le bénisse et le salue, rapporte que le Seigneur Tout Puissant à créé les Jardins d’Eden de sa propre main. Ibn Abou Dounia et Tabarani rapportent ses paroles comme suit:
«Allah a créé les Jardins d’Eden de Sa propre main d’une brique de perle branche, une brique de rubis rouge et une brique de topaze vert scellées par un ciment de musc. Son herbe est formée de safran, ses cailloux de perles, son sable d’ambre. On dira à ce jardin: «Parle, il répondra: « Les croyants sont heureux ».
Attention:
Nous savons tous que le Seigneur est Le créateur de tout, c’est Lui qui a créé l’univers, aussi bien le monde supérieur que l’inférieur; II est le Créateur des deux mondes, le Seigneur des premiers et des derniers.
Quand nous disons qu’Il a créé telle chose de Ses propres mains conformément aux paroles divines:
« Qui t’a empêché de te prosterner devant celui que J’ai créé de mes mains? » [Coran Sourate Sad XXXVIII, verset 75].
Ou conformément aux dires du Prophète, qu’Allah le bénisse et le salue, dans son hadith relatif à la création des Jardins d’Eden des mains du Seigneur, nous signalons que cette création s’est faite contrairement à la coutume divine lors de la création des créatures.
Lorsque le Seigneur précise qu’il les a créés de Ses mains. Il leur accorde un surplus d’honneur et d’éminence.
Pour plus d’éclaircissement, ajoutons que lorsqu’un roi ou un homme de grand pouvoir ordonne la construction d’un palais, on dit: le roi a bâti un palais même s’il n’a pas effectué le travail lui même mais il a quand même assuré tout le matériel aux ouvriers. Mais lorsque le roi dépose la pierre de base de ses mains, il aurait participé lui-même au travail.
Aussi pouvons-nous dire que le Seigneur a créé Adam de façon directe, de Ses mains: c’est une vérité inéluctable.
A l’instar de cette création, le Seigneur créa le Jardins d’Eden de la même façon.

Les tentes et les marchés à la Demeure de la paix
Selon les récits d’Allah Tout Puissant, le Paradis contient tout ce que l’âme désire et tout ce que l’œil aime. Les habitants du Paradis obtiendront tout ce qu’ils demandent et y trouveront ce qu’aucun œil n’a jamais vu, ni une oreille n’en entendu ni le cœur d’un homme a jamais imaginé. Le Prophète cite un hadith à caractère divin rappporté dans les deux hadiths comme suit:
« J’ai préparé pour mes serviteurs vertueux ce qu’aucun œil n’a jamais vu, ni aucune oreille n’a jamais entendu, ni aucune personne peut concevoir » (Rapporté par Moslim, Al Boukhari).
Le Seigneur dit également dans le Coran:
« O mes serviteurs! N’ayez pas peur, ce Jour-là! Ne vous affligez pas! -Ceux qui croient en nos signes demeurent soumis-Entrez au Paradis, vous et vos épouses! Vous y serez bien traités!» On fera circuler parmi eux des plateaux en or et des coupes; tout ce que l’on peut désirer et ce dont les yeux se délectent. Vous y demeurerez immortels. Tel est le Paradis qui vous sera donné en héritage pour prix de ce que vous avez fait sur la terre (Coran 43, 68) et aussi:
Les Anges descendent sur ceux qui disent : « Notre Seigneur est Allah » et qui persévèrent dans la rectitude; « Ne craignez pas, ne vous affligez pas; accueillez avec joie la bonne nouvelle du Paradis qui vous a été promis » [Coran XLI, 30.]
Puisque le Paradis contient tous les aspects du bonheur spirituel et corporel, il se peut qu’il s’y trouve des tentes et même des marchés car dans les tentes se trouvent les plaisirs et dans les marchés le bonheur et la joie.
Nous nous limiterons à exposer cette vérité et la confirmer par quelques mots extraits du Livre (Le Paradis, demeure des bienfaisants) sous un titre secondaire:
Le tentes: Comment pouvons nier leur existence alors que leur Créateur dit:
« Des Houris qui vivent retirées sous leurs tentes » [Coran 55. 72].
Mais quelle est la forme de ces tentes ? De quelle matière sont-elles faites ? Quel est le degré de leur beauté ?
Pour répondre correctement à ces questions, nous citons un argument authentique et véritable exprimé par le Pur Prophète, qu’Allah le bénisse et le salue, qui dit :
« Au Paradis, le croyant aura une tente en forme d’une perle creuse dont la longueur sera de soixante miles (dans le ciel) (et la largeur sera de soixante miles), il aura des épouses qu’il fréquentera sans que l’une d’entre elles ne s’aperçoive de l’existence des autres » (Rapporté par Moslim et les ajouts mis entre parenthèses sont également cités par Moslim mais dans d’autres hadiths. Il est rapporté également par Al-Boukhari).
Les marchés : Ya-t-il des marchés dans le paradis ? Comment peut-on avancer le contraire alors que le Seigneur s’adresse aux gens de la foi et de la droiture :
« Vous y trouverez ce que vous désirez; vous obtiendrez ce que vous demanderez » [Coran XLI, 31].
Il ne serait pas étrange que le croyant habitant au Paradis soit tenté d’entrer dans un de ces marchés et surtout les croyants qui avaient l’habitude d’y faire des transactions et de gagner de grands bénefices tels que Abdurrahmane bin Awf, qu’Allah l’agrée et autres de ceux qui pratiquant le commerce en toute honnêteté.
Il se peut donc que l’un d’eux aspire à entrer dans un de ces marchés alors qu’il se trouve dans la Demeure de la paix et exprime sa demande :
Dieu l’exauce en créant des marchés où ils entreront et y compléteront leur bonheur.
Moslim nous rapporte à cet égard le hadith suivant:
Anas bin Malek raconte : le Messager d’Allah, qu’Allah le bénisse et le salue, dit: « Au Paradis, il y aura un marché où les élus rendront chaque vendredi. Un vent du nord soufflera et couvrira leurs visages et leurs habits: leurs charmes et leurs beautés augmenteront. En rentrant ainsi, leurs épouses leur diront: « Par Allah, vos charmes et votre beauté se sont accrus! »
Les fleuves et les arbres du Paradis
Allons faire un tour, O cher lecteur, dans ce paradis, du côté les quatre fleuves qui sont les sources d’où coulent tous les fleuves tu Paradis ; ce sont :
- le fleuve de l’eau
- le fleuve de lait
- le fleuve du vin
- le fleuve du miel conformément au verset suivant :
« Voici la description du Paradis qui a été promis aux pieux: il y aura là des ruisseaux d´une eau jamais malodorante, et des ruisseaux d´un lait au goût inaltérable, et des ruisseaux d´un vin délicieux à boire, ainsi que des ruisseaux d´un miel purifié. Et il y a là, pour eux, des fruits de toutes sortes, ainsi qu´un pardon de la part de leur Seigneur. » [Coran 47, 15].
Parmi ces grands fleuves figure le fleuve de l’abondance. Savez-vous ce qu’est le fleuve de l’abondance (Al-Kawthar) ? C’est le fleuve que le Seigneur accorda spécifiquement à notre Prophète, qu’Allah le bénisse et le salue, et à sa communauté. Il est le plus important et le meilleur des fleuves du Paradis et fut cité dans le Coran:
« Oui, nous t’avons accordé l’abondance. Prie donc ton Seigneur et sacrifie! Celui qui te hait : voilà celui qui n’aura Jamais de postérité ! » [Coran CVIII, 1-3].
Ecoutons le Prophète, qu’Allah le bénisse et le salue, nous décrire le fleuve dans le hadith rapporté par Al Boukhari :
« Tandis que je marchais au Paradis, je vis un fleuve dont les bords étaient formés de perles voûtées et trouées?
- Qu’est-ce, O Gabriel ? demandais-je
- C’est le fleuve de l’abondance, répondit-il, celui que Ton Seigneur t’a accordé.
L’ange en prit une poignée et je constatai que sa boue était du musc de la meilleure odeur».
Al-Boukhari rapporte un autre hadith dont la chaîne de transmission s’est avérée authentique: «Le fleuve de l’abondance est un fleuve au Paradis, ses bords sont en or, son lit est formé de joyaux et de rubis, son sable est meilleur que le musc, son eau plus délicieuse que le miel et plus blanche que la neige».
A propos des arbres du Paradis, citons le hadith rapporté par Al-Boukhari qui dit :
Abou Hourayra, qu’Allah l’agrée, rapporte que le Messager d’Allah, qu’Allah le bénisse et le salue, dit:
« II existe au Paradis un arbre à l’ombre duquel un cavalier peut marcher pendant cent années sans jamais en sortir ».
Le Seigneur Tout Puissant dit à cet égard :
« Il jouiront de spacieux ombrages, d’une eau courante, de fruits abondants non cueillis à l’avance, ni interdits. Ils se reposeront sur des lits élevés » [Coran LVI, 30-34].
Ibn Abbas explique le sens de « spacieux ombrages » : cet ombrage est celui d’un arbre du Paradis et s’étend sur de vastes distances au point qu’un cavalier acharné marchera dans son ombre durant cent ans, quelque soit la direction prise; les habitants du paradis, ceux des chambres et autres sortiront et parleront dans son ombre; ils se rappelleront les amusements de la vie présente, Allah enverra alors un vent du Paradis qui remuera cet arbre pour leur accorder chaque amusement dont ils jouissaient dans la vie présente.
Il ajoute: « Les palmiers du Paradis ont le tronc en émeraude vert, la base de leurs branches en or rouge, leurs palmes serviront aux vêtements des élus, leurs fruits sont autant que les jarres et leurs eaux sont aussi blanches que la neige, plus douces que le miel et plus molles que les palmites sans noyaux ».

Les mets et les breuvages du paradis
Certains philosophes et chrétiens ont fait preuve d’égarement quand ils ont prétendu que les délices du Paradis sont purement spirituelles et que le corps n’en obtiendrait aucune jouissance.
Mais cette opinion est totalement erronée et sera réfutée par celui qui croit en Allah Tout Puissant et à Ses Messagers, le salut soit sur eux.
Les arguments logiques et les récits rapportés que nous citerons ci-après confirmeront la vérité relative à cette affaire vitale et extrêmement importante:
1- Les esprits destinés à jouir des délices n’atteindront cet objectif que s’ils s’intègrent dans des corps qui lui seront Appropriés et s’y installent. Aussi lorsque le Seigneur désire-t-Il honorer les martyrs. II leur crée des corps compatibles avec leurs esprits dans lesquels ils s’intègrent. Ils atteignent alors le bonheur aussi longtemps qu’ils demeureront au Paradis.
Le Prophète, qu’Allah le bénisse et le salue, dit :
« Les esprits des martyrs se trouvent dans les vésicules d’oiseaux verts qui se nourrissent au Paradis et s’abritent dans des lanternes suspendues sous le Trône ».
(Rapporté par Al-Hakem selon les conditions de Moslim et approuvé par Zahabi; Moslim le rapporte dans une version quasi similaire).
Nous citons pour preuve les versets coraniques suivants:
« Ne crois surtout pas que ceux qui sont tués dans le chemin d’Allah sont morts. Ils sont vivants! Ils seront pourvus de biens auprès de leur Seigneur, ils seront heureux de la grâce queAllah leur a accordée. Ils se réjouissent parce qu’ils savent que ceux qui viendront après eux et qui ne les ont pas encore rejoints n’éprouveront plus aucune crainte et qu’ils ne seront pas affligés » [Coran 3,169-170].
2- Le pouvoir qui a créé l’homme, lui a accordé ses revenus ainsi que divers plaisirs propres à la vie présente, tels que les mets délicieux, les breuvages délectables, les beaux habits, les maisons confortables et les paquebots luxueux, est capable de créer tout cela dans le Royaume Suprême de la meilleure des façons.
3- Accorder la préférence à la vie présente créée pour une durée limitée et qui devrait s’anéantir aux dépens de la vie de l’au-delà, créer pour demeurer éternellement, est un choix que la logique refuserait d’appréhendre. Aussi n’est-il pas possible que le bonheur dans la vie présente atteint aussi bien le corps que l’esprit bien qu’elle soit une Demeure des soucis et des chagrins qui devrait un jour s’anéantir tandis que le bonheur de l’au-delà créé pour l’éternité est purement spirituel. Pourtant, la vie dans la barrière, la période qui s’étend entre la mort de l’homme et sa résurrection, est à la fois en relation avec le corps et l’esprit même si le premier devient poussière. Car l’esprit demeurera attaché à la tombe qui sera pour elle tel une station de communication avec lequel il entrera en contact lorsqu’il le désire. C’est la raison pour laquelle il est dit que lorsque le mort reçoit la visite d’une personne à sa tombe, il reconnaît son visiteur et répond à son salut.
Toutes les preuves logiques que nous avons désignées pour infirmer que le bonheur sera dans l’au-delà ausi bien corporel que sprituel sont extrêmement faibles par rapport aux récits rapportées authentifiées : ceux du Seigneur Tout Puissant et de Son Messager. Car personne ne connaîtra les créatures aussi bien que leur créateur et que celui qui les a vues de ses propres yeux.
Allah décrit les bienfaits dont jouiront les serviteurs musulmans qui ont cru et étaient pieux:
« O mes serviteurs! N’ayez pas peur, ce Jour-là! Ne vous affligez pas! -Ceux qui croient en nos Signes demeurent soumis- Entrez au Paradis, vous et vos épouses! Vous y serez bien traités!». On fera circuler parmi eux des plateaux en or et des coupes, tout ce que l’on peut désirer et ce dont les yeux se delectent. Vous y demeurerez immortels. Tel est le Paradis qui vous sera donné en héritage pour prix de ce que vous avez fait sur la terre. Vous y trouvez des fruits abondants et vous en mangerez » [Coran 43, 68-73].
Le Prophète, qu’Allah le bénisse et le salue, décrit également les délices dont jouissent les habitants du Paradis tel qu’il l’a vu :
« Les habitants du Paradis mangent et boivent, ne crachent pas n’urinent pas et ne vont pas aux latrines.
- Que devient la nourriture qu’ils mangent? demanda-t-on.
- Elle devient des rots et de la sueur à l’odeur musquée, repondit-il, il leur sera inspiré les louanges au Seigneur comme la respiration vous est inspirée. » (Rapporté par Moslim et Al Boukhari).
Il dit aussi :
« Les habitants du Paradis les plus inférieurs auront à leur service dix mille domestiques, chacun de ces domestiques portera deux plateaux: un en or et un autre en argent; chacun des plateaux contient un mets différent des autres. La première bouchée sera aussi délicieuse que la dernière ensuite la nourriture se dégagera avec une sueur à l’odeur musquée; ils n’urineront pas, n’iront pas aux latrines, ni ne se moucheront » (Rapporté par Ibn Abi Dounia Tabarani, et Mounziri).
A tous ces témoignages ajoutons des dizaines de versets et de hadiths authentiques qui confirment que les délices des habitants du Paradis sont aussi spirituels que corporels et englobent tant les domaines des mets et des breuvages que le port des vêtements, des bijoux, la jouissance des femmes et des chants, l’équitation, l’échange des visites et des rencontres.
Citons les récits divins et prophétiques relatifs à ces domaines :
Le port des habits et les bijoux.
« Dieu introduira ceux qui auront cru et ceux qui auront accompli des œuvres bonnes dans des Jardins où coulent les ruisseaux. Là, ils seront parés de bracelets en or et de perles; leurs vêtements seront en soie. Ils ont été dirigés vers la Parole excellente » [Coran 22.23]
Les lits de repos et les lits d’apparat
« Les premiers (à suivre les ordres d´Allah sur la terre) ce sont eux qui seront les premiers (dans l´au-delà) Ce sont ceux-là les plus rapprochés d´Allah, dans les Jardins des délices, une multitude d´élus parmi les premières [générations], et un petit nombre parmi les dernières [générations], sur des lits ornés [d´or et de pierreries], s´y accoudant et se faisant face. » [Coran 56.10]
« Là, accoudés sur des lits d’apparat, ils n’auront à subir ni soleil ardent, ni froid glacial. Ses ombrages seront à proximité et ses fruits inclinés très bas, pour être cueillis » [Coran 76, 12]

Les houris
« Et Ils auront auprès d´eux des belles aux grandes yeux, au regard chaste, semblables au blanc bien préservé de l´oeuf. » [Coran 37.48]
Le Prophète dit :
« Si une femme des habitants du Paradis surplombe la terre, elle renplira de son parfum l’espace entre le ciel et la terre, et l’illuminera. Le voile qu’elle porte sur sa tête est meilleur que la vie presente et ce qu’elle contient » (Rapporté par Al-Boukhari).

Les chants
« Il existe au Paradis un fleuve de longueur égale à celle du Paradis. Sur ses bords se tiennent des vierges en position debout se faisant face et chantant de voix que jamais les créatures ont entendue d’aussi belles au point qu’elles n’entendront pas de pareilles au Paradis. On demanda à Abou Hourayra (le rapporteur de se récit) : Quels seront ces chants? Et l’homme de répondre :
- Si Allah le veut, ce sera chanter Pureté au Seigneur, Lui faire des louanges, Le glorifier et Le louer » (Rapporté par Al-Bayhaqui)
Les chevaux et l’équitation
« Abdurrahmane bin Sa’ida, qu’Allah l’agrée, dit :
J’étais un homme amateur de chevaux. Je demandai au Prophète, qu’Allah le bénisse et le salue :
- O Messager d’Allah, y a-t-il des chevaux au Paradis ?
- Si Allah t’introduit au Paradis, répondit le Prophète, tu auras une jument faite de rubis, aura deux ailes et te portera au lieu que tu désires » (Rapporté par Tabarani et par d’autres rapporteurs sûrs).
« Il existe au Paradis un arbre du sommet duquel jailliront des habits, de sa base jailliront des chevaux en or scellés de rubis et de joyaux. Ils n’éjectent ni crottin, ni urine; ils sont pourvus d’ailes de dimensions illimitées. Les habitants du Paradis les enfourcheront et ils les porteront là où ils désirent ». (Rapporté par Ibn Abou Dounia et non mentionné par Al-Mounziri).

Les visites
« Lorsque les habitants du Paradis entrent au Paradis et désirent voir leurs frères : le lit d’un Tel marchera vers le lit d’un autre; et le lit d’un Tel marchera vers le lit d’un autre jusqu’à ce qu’ils se réunissent. Le premier s’accoudera et l’autre aussi, et chacun dira à son ami :
- Sais-tu quand le Seigneur nous a pardonné? Et l’autre de répondre:
- Le Jour tel à l’endroit tel. Nous avons imploré le Seigneur et Il nous a pardonné».

(Rapporté par Ibn Abou Dounia et Al-Bazare et non-mentionné par Al Mounziri)

Le plus grandiose des délices spirituels
« Lorsque les gens du Paradis habitent au Paradis, un ange viendra à eux et leur dira :
- Le Seigneur Tout Puissant vous ordonne de lui rendre visite.
Ils se réuniront. Allah Tout Puissant ordonnera à David, le salut soit sur lui, qui élèvera la voix pour chanter Pureté au seigneur et Le glorifier. Ensuite, la table de l’Immortalité sera mise.
- Ô Messager d’Allah, demanda-t-on, quel est la table de l’Immortalité ? Et le Prophète de répondre :
- Un de ses coins est plus vaste que l’espace séparant l’Est de l’Ouest. Ils en mangeront et y trouveront des habits. Puis il diront :
- Il ne reste que voir la face de notre Seigneur, Loué et glorifié soit-il.
Le Seigneur fera son apparition : ils tomberont à genoux et se prosterneront.
Et on leur dira:
- Vous n’êtes pas dans la Demeure des œuvres mais la Demeure de la récompense».
(Rapporté par Abou Na’im)
« Alors que les gens du Paradis seront en train de jouir des delices, une lumière brillera. Ils lèveront la tête et verront le Seigneur Tout Puissant les surplomber et dire :
Le salut soit sur vous, Ô gens du Paradis. Ils délaisseront tous les délices dont ils jouiront aussi longtemps qu’ils regarderont le Seigneur. Une fois voilé d’eux, il leur restera Sa bénédiction et Sa lumière ».
(Rapporté par Ibn Maja)
« Le Seigneur dira aux habitants du Paradis :
- O gens du Paradis. Ils répondront :
- Nous accourrons vers Toi, O notre Seigneur, le bien se trouve entre tes mains.
- Etes-vous satisfaits ? demandera-t-Il.
- Comment pouvons-nous ne pas l’être, Ô Seigneur, alors que Tu nous a accordés ce que Tu n’as accordé à aucune autre de Tes créatures; sera leur réponse. Et le Seigneur d’ajouter :
- Voulez-vous que je vous accorde une chose meilleure que cela?
- O Seigneur, y a-t-il meilleur ? demanderont les gens du Paradis.
- Je vous accorderai Mon agrément et ne serai jamais en colère contre vous, dira le Tout Puissant. » (Rapporté par Al-Boukhari et Moslim).

LA PETITE ABLUTION…

Nous allons voir dans cette première partie comment effectuer les petites ablutions.
Les ablutions doivent être effectuées avec de l’eau pure. Elles ne servent pas qu’à se laver, mais aussi et surtout à se purifier. Nous retrouvons cette importance de la purification dans le fait que, s’il ne nous est pas possible de trouver de l’eau, nous avons recours à de la terre pure. Il est aussi possible d’utiliser du sable ou une pierre. En effet, le prophète Mouhammad disait :
« Quand le croyant fait ses ablutions et se lave le visage, tous les péchés qu’il a commis avec ses yeux partent avec l’eau, et quand il se lave les mains, tous les péchés qu’il a commis avec ses mains partent avec l’eau. Et quand il lave ses pieds, tous les péchés vers lesquels il s’est dirigé partent avec l’eau. »
(Sounnah Abou Daoud)
L’intention de se purifier est très importante. Il convient de toujours commencer par le côté droit (main, pied…). Dieu nous indique dans le Coran les parties obligatoires à purifier, avec de l’eau ou de la terre pure.
Sourate 5, Verset 6
Ô les croyants! Lorsque vous vous levez pour la Salat, lavez vos visages et vos mains jusqu’aux coudes; passez les mains mouillées sur vos têtes; et lavez-vous les pieds jusqu’aux chevilles. Et si vous êtes pollués « junub » , alors purifiez-vous (par un bain); mais si vous êtes malades, ou en voyage, ou si l’un de vous revient du lieu ou’ il a fait ses besoins ou si vous avez touché aux femmes et que vous ne trouviez pas d’eau, alors recourez à la terre pure , passez-en sur vos visages et vos mains. Allah ne veut pas vous imposer quelque gêne, mais Il veut vous purifier et parfaire sur vous Son bienfait. Peut-être serez-vous reconnaissants.

Nous trouvons ainsi dans les parties obligatoires à purifier le visage, les mains jusqu’au coudes et les pieds jusqu’aux chevilles. Le prophète Mouhammad avait pour habitude de laver une ou plusieurs fois ces parties (deux ou trois). Le lavage de son visage et de sa tête comprenaient la bouche et le nez. Voici donc la manière avec laquelle le prophète faisait ses ablutions.
Tout comme la prière, la petite ablution commence par l’intention. Le croyant doit dire : « Bismillah, Ar-Rahman, Ar-Rahim. Allahou Manoui Loudhou », ce qui signifie : « Au nom d’Allah, Le Clément, Le Miséricordieux. J’ai l’intention de faire mes ablutions ».
Laver les deux mains en commençant par la droite, en s’assurant que de l’eau passe bien partout, notamment entre les doigts.

Bien rincer la bouche comme indiqué sur le dessin, en faisant passer l’eau un partout à l’intérieur.
Rincer le nez en s’assurant que l’eau pénètre bien à l’intérieur et en ressorte. Le prophète avait l’habitude d’aspirer l’eau de sa main droite et de la rejeter vers sa main gauche. Il est bien sûr possible de s’aider avec ses doigts.

Laver le visage en prenant de l’eau dans les deux mains comme indiqué. Le visage (wajh) est détermité par tout ce qui se trouve entre le bas des cheveux et le menton et d’une oreille à l’autre (non comprises).

Laver les avant-bras en commençant par le droit, du haut des mains jusqu’aux coudes compris, comme indiqué. Une bonne méthode consiste à verser de l’eau dans le creux de la main et de la faire couler le long du bras (deuxième figure).

Laver la tête (cheveux) du haut du front jusqu’en haut de la nuque. Utilisez les deux mains pour plus de facilité.

Laver les deux oreilles, en utilisant, par exemple, l’index pour l’intérieur et le pouce pour l’extérieur.
Laver les deux pieds ainsi que les chevilles, en s’assurant que l’eau passe bien entre les doigts.
À la fin, réciter la chaada : « ‘Ach-hadou ‘al-la ‘ilaha ‘illallah, wa ‘ach-hadou ‘anna Mouhammada-Raçouloullah » ce qui signifie : « Je témoigne qu’il n’y a d’autre dieu que Dieu, et je témoigne que Mouhammad est le prophète de Dieu ».

LA GRANDE ABLUTION…

Nous allons voir dans cette première partie comment effectuer les grandes ablutions.
La grande ablution commence par l’intention (An Niyya). Le croyant doit dire : « Bismillah, Al-Rahman, Al-Rahim. Allahou Manoui Ghoussoul. », ce qui signifie : « Au nom d’Allah, Le Clément, Le Miséricordieux. J’ai l’intention de faire la grande ablution. ».
Comme pour la petite ablution, il faut prendre soin à ne pas gaspiller l’eau et n’utiliser que celle dont on a besoin.
Se laver les mains en commençant par la droite.
Ensuite, bien purifier le ou les endroits souillés s’il y en a, avec l’eau pure et la main gauche. Si l’eau n’est pas suffisante pour bien se laver, il est possible d’utiliser du savon mais à condition de bien se rincer après.
Juste après cette étape, il faut faire sa petite ablution sans se laver les pieds (ce sera pour la fin) : se rincer la bouche, puis le nez, le visage (insister sur la barbe le cas échéant), les avants-bras, la tête (insister sur les cheveux) et les oreilles.
Passer de l’eau sur tout le reste du corps (épaule, ventre, dos…). Ne pas oublier le dessous des bras et le nombril. Joindre les deux mains, par exemple, afin de bien laver le dos. Il faut commencer par la partie droite du corps puis finir par la partie gauche. Enfin, il faut laver les pieds que nous avons laissé lors de l’accomplissement de la petite ablution.
À la fin, réciter la chaada : « ‘Ach-hadou ‘al-la ‘ilaha ‘illallah, wa ‘ach-hadou ‘anna Mouhammadar-Raçouloullah » ce qui signifie : « Je témoigne qu’il n’y a d’autre dieu que Dieu, et je témoigne que Mouhammad est le prophète de Dieu« .

LA PRIERE PROVISOIRE… et L’APPRENTISSAGE

Cette façon de prier vous est autorisée à titre provisoire en attendant que vous appreniez et mémorisiez ce que vous avez à dire pendant chacun des gestes de la prière

Quand vous aurez prononcé l’attestation de Foi pour entrer en islam, dépêchez-vous à prendre un bain pour acquérir la pureté rituelle et accomplir la prière prescrite du moment.

Si vous connaissez les modalités de la prière vous devrez dire au début de chaque prière et avant chaque geste de transition : Allahou Akbar .

Pendant que vous êtes debout, en état de génuflexion ou prosterné, vous direz :
Soubhana Allah, Al-hamdou lillah wa Allahou Akbar.
(Gloire à Allah – Louange à Allah – Allah est le plus Grand)

Ensuite, vous saluez à droite et à gauche en disant :
as-salamou alaykoum pour mettre fin à votre prière.

Ce comportement vous est autorisé à titre provisoire en attendant que vous appreniez et mémorisiez ce que vous avez à dire pendant chacun des gestes de la prière.

Au nom d’Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux
Louange à Allah et que la prière et le salut soient sur le serviteur
et le Messager d’Allah, Mohammed, sa famille et ses Compagnons.
J’adresse ces quelques paroles à tout musulman et musulmane pour expliquer comment le Prophète accomplissait la prière, afin qu’ils fournissent des efforts pour se conformer aux actes du Prophète, mettant ainsi en pratique sa parole, après en avoir pris connaissance :
« Priez comme vous m’avez vu le faire »
[ Rapporté par Al Boukhari].

1 / Il faut d’abord faire les ablutions avec le plus grand soin, c’est-à-dire comme Allah l’a prescrit dans Sa parole:
{ Ô vous qui avez cru ! Quand vous vous levez pour la prière, lavez-vous le visage et les mains jusqu’aux coudes, passez-vous les mains sur la tête et [lavez-vous] les pieds jusqu’aux chevilles.}
[ Sourate 5 - Verset 6 ]
Et selon la parole du Prophète :
« La prière sans ablutions et l’aumône provenant d’un escroc ne sont pas acceptées » [ Rapporté par Moslim].

2 / La personne qui veut prier se dirige, où qu’elle se trouve, en direction de la Qibla
[ C’est-à-dire la Mecque ou Al-Kaâba ] et lui fait face de tout son corps, en ayant l’intention dans son cœur de faire la prière, qu’elle soit obligatoire ou surérogatoire.
Elle ne doit pas prononcer l’intention, ceci n’est pas permis; c’est une innovation car le Prophète ne l’a jamais fait, ni ses Compagnons [qu’Allah les agrée].

Il est recommandé de mettre un objet devant soi, en direction duquel on prie, (pour empêcher les gens de passer), que l’on préside la prière ou que l’on prie seul, en application de l’ordre du Prophète .

3 / On prononce la première formule de grandeur de son Seigneur – Takbir – qui est le Takbiratol Al-Ihram :
Allahou Akbar - Allah est le Plus Grand – en fixant le regard vers l’endroit de la prosternation.
4 / On lève les deux mains, au moment du Takbir. Il est permis de lever les mains avant, pendant ou après le takbîr. Ces trois façons sont mentionnées dans la sounna.
Lever les mains en orientant les paumes des mains vers la qibla sans trop écarter les doigts ni trop les resserrer. Positionner les mains à la hauteur des épaules et de temps en temps les lever jusqu’aux lobes des oreilles. En ce qui concerne le fait de toucher les lobes avec ses deux pouces, cela n’existe pas dans la sounna.

5 / Puis, après le takbîr, il faut poser la main droite sur la main gauche.
Cela fait partie des traditions des prophètes.
On place les mains sur la poitrine, en posant la main droite sur la
main gauche, le poignet et l’avant-bras.

Tel que c’est mentionné dans un hadith rapporté par Wâ’il Ibn Hujr, et Qubaysah Ibn Hulub At-Tâ’îy selon son père .
De temps en temps, saisir la main gauche par la main droite.

6 / Prononcer l’invocation d’ouverture fait partie de la tradition [Sounna] du Prophète :
« Ô Allah ! Eloigne de moi mes péchés comme tu as éloigné l’orient de l’occident. Ô Allah ! Purifie-moi de mes péchés comme on nettoie le vêtement blanc de sa saleté. Ô Allah ! Purifie-moi de mes péchés avec l’eau, la neige et la grêle» [ Rapporté par Boukhari et Moslim].

Allahouma ba’id bayni wa bayna khataa-yaay kama ba’adta baynal mashriqi wal maghribi
Allahouma naqqini min khataa-yaay kama younaqath-thawboul ab-yadm minad-danass
Allahoum-maghsilni min khataa-yaay bith-thalji wal maa-i wal barad

Si on veut, on peut dire à la place :
« Gloire et pureté à Toi, ô Allah, et à Toi la louange. Que ton Nom soit béni et Ta Majesté soit élevée, et il n’y a pas d’autre divinité [digne d’adoration] en dehors de Toi ».

Subhanak Allahumma wa Bihamdik wa Tabaraka-Smuk, wa Taâala Jadduk wa la Ilaha Ghayrok

Il est confirmé que le Prophète a prononcé ces deux formules. Si on souhaite prononcer d’autres invocations rapportées de manière sûre du Prophète , il n’y pas de mal. Et si on prononce de temps en temps celle-ci et de temps en temps, celle-là, c’est préférable car c’est se conformer encore plus aux actes du Prophète .
Puis, on dit :
« Je me mets sous la protection d’Allah contre Satan le lapidé.
Au Nom d’Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux ».

A’oudhou billahi mina Shaytan Arrajim, Bismillahi-Rahmani-Rahim

Ensuite, on récite la sourate Al-Fatiha [Le Prologue] selon la parole du Prophète :
« Pas de prière pour celui qui ne récite pas le premier chapitre du Coran [Al-Fatiha]».

1. Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
Bismi Allahi ar-rahmani ar-rahimi

2. Louange à Dieu, Seigneur de l’univers.
Alhamdou lillahi rabbi al’alamina

3. Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux,
Ar-rahmani ar-rahimi

4. Maître du Jour de la rétribution.
Maliki yawmi addini

5. C’est Toi [Seul] que nous adorons, et c’est Toi [Seul] dont nous implorons secours.
Iyyaka na’boudou wa-iyyaka nasta’inou

6. Guide-nous dans le droit chemin,
Ihdina as-sirata almoustaqima

7. le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs,
non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés.
Sirata allathina an’amta ‘alayhim ghayri almaghdoobi ‘alayhim wala alddaallina

Puis, on dit, après cette récitation : Amin à voix haute : dans les prières à voix haute, et à voix basse : dans les prières à voix basse.
On récite ensuite (une sourate ou un passage) du Coran. Il est préférable que l’on récite, dans les prières du Dhouhr, de l’Asr, et de l’Isha, les sourates moyennes, dans le Fajr, les sourates les plus longues, et dans le Maghrib, les plus courtes. Mais, parfois au cours de cette dernière prière, on peut réciter des sourates longues ou moyennes, comme l’a fait le Prophète . Il est religieusement correct que la prière de l’Asr soit plus courte que celle du Dhouhr.

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
Bismi Allahi ar-rahmani ar-rahimi

1. Dis : « Il est Dieu, Unique.
Qoul houwa Allahou ahadoun

2. Dieu, Le Seul à être imploré pour ce que nous désirons.
Allahou alssamadou

3. Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus.
Lam yalid walam youlad

4. Et nul n’est égal à Lui ».
Walam yakoun lahou kufuwan ahadoun
[ Sourate 112 - El Ikhlass - Le monothéisme Pur ]

7/ On s’incline ensuite en prononçant le Takbir :
Allahu ‘Akbar, tout en levant les mains au niveau des épaules ou des oreilles.
Une fois incliné Il faut que la tête soit dans le prolongement du dos, les mains sur les genoux, les doigts écartés, on marque un temps d’arrêt en disant :

« Gloire et pureté à mon Seigneur le Très Grand »

Subhana Rabbiy al-Adhim

Il est préférable de répéter cette formule 3 fois ou plus.
Il est recommandé d’ajouter ceci :
« Gloire et pureté à Toi, ô Allah, notre Seigneur, et à Toi la louange. Ô Allah, pardonne-moi »
Subhanak Allahumma Rabbana wa Bihamdika AIlahumma Ghfirli

8 / Puis, on se redresse de l’inclinaison, et on lève les mains au niveau des épaules ou des oreilles, en disant :
« Allah a entendu celui qui L’a loué»

Samiâ Allahu liman Hamidah

Que la personne mène la prière en groupe, ou bien qu’elle prie derrière un imam.
Après s’être redressé, on dit :
Ô Allâh, Louange à Toi

Rabbanâ wa laka-lhamd

ou :
« Notre Seigneur, à Toi la louange, une louange abondante, pure et bénie, qui remplit les cieux et la terre et ce qu’il y a entre les deux, et qui remplit tout ce que Tu voudras au-delà de cela »

Rabbana wa lakal-Hamd – Hamdan Kathiran Tayyiban Moubarakan fih, Mil-ous-Samawat wa Mil-oul-Ardh wa Mil- ma baynahouma wa Mil-ou ma Shi-ta min Shay-in ba’âd

C’est bien si l’on rajoute après cela :
« Tu es Digne d’éloges et de grandeur, c’est la parole la plus véridique que le serviteur puisse dire et nous sommes tous Tes serviteurs. Nul ne peut retenir ce que Tu as donné et nul ne peut donner ce que Tu as retenu. Le fortuné ne trouve dans sa fortune aucune protection contre Toi » [ Rapporté par Moslim].
Ahlou thana-i wal majd, Ahaqqou ma qala-l-’abd wa koulouna laka ‘abd
Allahouma la mani’a lima a’tayt wala mou’ti lima mana’t
Wa la yann-fa’ou dhal- jaddi minka-l-jadd

Car il est prouvé dans certains hadiths authentiques que le Prophète l’a dit.
Par contre, si l’on prie derrière l’imam, on dit en se relevant de l’inclinaison : [ Rabbana wa lakal-Hamd ] puis, tout ce qui a été mentionné ci-dessus.
Il est recommandé que l’imam et la personne qui prie derrière lui placent [à nouveau] les mains sur la poitrine, comme ils l’ont fait en position debout, avant l’inclination, selon la pratique du Prophète confirmée dans le hadith de Wa’il ibn Hujr et Sahl ibn Saâd – qu’Allah les agrée.
9 / Puis, on se prosterne en prononçant le Takbir [Allahou Akbar], en posant les genoux au sol avant les mains, si on y arrive; mais si cela pose problème, on peut poser les mains avant les genoux. [ Cliquez ici pour voir la divergence à ce sujet ]
Les doigts des mains et des pieds sont dirigés vers la Qibla; les doigts des mains sont joints entre eux.
On repose sur les 7 membres suivants: le front et le nez, les (deux) mains, les (deux) genoux, la plante des (deux) pieds – les orteils repliés.
On dit alors :
« Gloire et pureté à mon Seigneur le Très Haut »

Soubhana Rabbiy al-A’âla

3 fois ou plus.
Il est recommandé de dire après cela également :
« Gloire et pureté à Toi, ô Allah, notre Seigneur, et à Toi la louange. Ô Allah, pardonne-moi »
Subhanak Allahoumma Rabbana wa Bihamdika AIlahoumma Ghfirli

On s’efforce de faire le plus d’invocations possible.
« Dans l’inclinaison, proclamez la grandeur du Seigneur; quant à la prosternation, faites dans cette posture beaucoup d’invocations, car elles sont plus à même d’être acceptées par Allah. »
Et il a dit aussi : « Et restez en prosternation sans bouger, et n’allongez pas vos avant-bras comme le fait le chien. »
10- On relève ensuite la tête en prononçant le Takbir, on étend son pied gauche sur le sol (sous soi) de manière à s’asseoir dessus, [la jambe droite repliée], le pied droit relevé, et on pose les mains sur les cuisses et les genoux.
On dit alors:
« Seigneur, pardonne-moi, Seigneur, pardonne-moi, Seigneur, pardonne-moi. Ô Seigneur, pardonne-moi, accorde-moi Ta miséricorde; accorde-moi ma subsistance et le salut, guide-moi et panse mes blessures.»

Rabbi Ghfir-li, Rabbi Ghfir-li, Rabbi Ghfr-li, Allâhoumma Ghfir-li wa-R-hamni,
wa-Rzouqni wa ‘Afini wa-Hdini wa-Jbournî.
Ecouter – Télécharger – MP3

On marque une pause de manière à ce que toutes les vertèbres reprennent leur place, comme on l’a fait en se relevant de l’inclinaison.
Car le Prophète marquait une longue pause, après l’inclination et entre les deux prosternations.

11 – On se prosterne ensuite pour la deuxième fois en prononçant le Takbir, et on fait la même chose que ce que l’on a fait la première fois.

12- On relève la tête en prononçant le Takbir, et on s’assied comme on l’a fait entre les deux prosternations, mais un moment très court. Cette courte pause s’appelle la position du repos (Jalsatou-l-Istirâhah) et il est recommandé de la faire, selon l’avis le plus correct des savants. Si on ne la fait pas, il n’y pas de mal. On ne prononce dans cette posture aucune formule de rappel, ni d’invocation.

On se lève ensuite pour la deuxième unité de prière [Rak’ah], en s’appuyant sur ses genoux, et si cela cause une difficulté, on peut s’appuyer avec ses mains sur le sol.
On lit la sourate Al-Fâtiha et une sourate ou un passage du Coran, après cela, comme on l’a fait dans la première Rak’a ; ensuite, on procède de la même manière que dans la première Rak’a.

Remarque :
Il n’est pas autorisé à celui qui prie derrière l’imam de le précéder, car le Prophète a mis en garde sa communauté contre cela.
De même, il est détestable de faire les mouvements en même temps que lui, la tradition du Prophète (As-Sunnah) veut que celui qui prie derrière l’imam fasse les mouvements après lui, sans tarder, juste après qu’il ait terminé de prononcer [le Takbîr], selon la parole du Prophète :

« L’imam a été désigné pour être suivi ; donc ne le précédez pas, et ne tardez pas a suivre ses mouvements.
S’il dit Allâhou Akbar », dites « Allâhou Akbar (après lui) » ; s’il s’incline, inclinez-vous (après lui) ;
s’il dit « Allah a entendu celui qui L’a louangé », dites « Ô Seigneur, à Toi la louange ;
et lorsqu’il se prosterne, prosternez-vous (après lui). »

13 – Si la prière comporte deux unités de prière, comme le Fajr, la prière du Vendredi ou de l’Aïd,
on s’assied après avoir relevé la tête de la deuxième prosternation, le pied droit relevé, on dirige les orteils du pied droit vers la Qibla et en étendant le pied gauche sur le sol (sous soi)

On pose la main droite sur la cuisse droite, en serrant le poing sauf l’index que l’on pointe vers l’avant, lorsque l’on mentionne le nom d’Allah, dans la formule du Tawhid et les invocations.
On peut aussi garder l’annulaire et l’auriculaire de la main droite pliés, former une boucle avec le pouce et le majeur et pointer son index vers l’avant. Ces deux manières ont été rapportées, et le mieux est de faire parfois ceci, parfois cela. La main gauche est posée sur la cuisse et le genou gauches.

On lit alors la formule de l’attestation : At-Tachahhud : A voix basse ( 1 )
Les salutations sont pour Allah, ainsi que les prières et les bonnes oeuvres.
Que le salut soit sur toi, ô Prophète, ainsi que la miséricorde d’Allah et Ses bénédictions.
Que le salut soit sur nous et sur les serviteurs vertueux d’Allah.
J’atteste qu’il n’y pas de divinité digne d’adoration en dehors d’Allah,
Et j’atteste que Muhammad est Son serviteur et Son messager.

At-Tahiyyâtou Lilâhi was-Sâlawâtou wat-Tayyibâtou,
as-Salâmou ‘alayka Ayyouhan-Nabiyyou wa Rahtmatou-Lâhi wa Barakâtouhou,
as- Salâmou ‘Alayna wa ‘ala ‘lbâdillâh is-Salihina,

Ash-hadou an laa ILâha Illa-llâhou wa ash-Hadou anna Muhammadan ‘Abdouhou wa Rassoullouh.

Puis, on dit : ( 2 )
Ô Seigneur, prie sur Muhammad et sur la famille de Muhammad
Comme Tu as prié sur Ibrâhim et sur la famille d’Ibrâhim,
Tu es certes Digne de louange et de glorification.
Ô Seigneur, accorde Tes bénédictions a Muhammad et a la famille de Muhammad
Comme Tu as accordé Tes bénédictions à IbrâhIm et à la famille d’Ibrâhim,
Tu es certes Digne de louange et de glorification.

Allouhoumma Salli ‘ala Mouhammadin wa ‘ala Alî Mouhammadin,
kama sallayta ‘ala Ibrâhima wa ‘ala Alî Ibrâhima, Innaka Hamîdoun Majid.
wa Bârik ‘ala Mouhammadin wa ‘ala Âli Mouhammadin,
kama Bârakta ‘ala Ibrâhîma wa Âli Ibrâhima, Innaka Hamidoun Majid

Ensuite, on invoque Allah contre 4 choses:
«Ô Seigneur, je cherche refuge auprès de Toi contre le châtiment de l’enfer,
le châtiment de la tombe, l’épreuve de la vie et de la mort et l’épreuve du Faux Messie.

Alâhoumma inni A’oudhou Bika min ‘adhabi Jahannami wa min ‘adhâb il-Qabr
wa min Fitnat-il-Mahyâ wal-Mamât, wa min Fitnat-il-Massîh id-Dajjâl

On demande ensuite a Allah ce que l’on veut comme bienfait ici-bas ou dans l’au-delà ; il est bon de faire des invocations en faveur de ses parents, ou d’autres musulmans. Ceci se fait, aussi bien dans une prière obligatoire que surérogatoire, car la parole du Prophète , dans le hadith rapporté par Ibn Mas’ûd décrivant ce que faisait le Prophète dans le Tachahhud, est générale : « Ensuite, qu’il choisisse parmi les invocations ce qui lui plait, et qu’il invoque ».
Dans une autre version:
« Ensuite, qu’il demande ce qu’il veut [...] » et cela englobe tout ce qui peut être bénéfique au serviteur ici-bas et dans l’au-delà.

Puis, on salue [en tournant la tête] vers la droite ensuite vers la gauche, en disant :
Que le salut et la miséricorde d’Allah soient sur vous …
Que le salut et la miséricorde d’Allah soient sur vous.

As-Salâmou ‘Alaykoum wa Rahmatoullâh …
As-Salamou ‘Alaykoum wa Rahmatoullâh

14- Si la prière comporte 3 unités de prière, comme le Maghrib, ou 4, comme le Zhouhr, El ’Asr ou l’Ishâ, on récite le Tachahhoud (1) mentionné précédemment, la prière sur le Prophète (2), puis on se lève en s’appuyant sur ses genoux; [une fois debout] on lève les mains à hauteur des épaules en disant :
Allah est le Plus Grand
Allâhou Akbar

On met les mains sur la poitrine, comme décrit précédemment, et on lit la sourate Al-Fâtiha seulement.
Il n’y a pas de mal, au cours de la prière du Zhouhr, à réciter de temps en temps, en plus de la Fâtiha, dans la troisième et la quatrième Rak’a, un passage du Coran, selon le hadith authentique rapporte par Abû Sa’id – qu’Allah l’agrée.
Puis, on récite le Tachahhud après la troisième Rak’a du Maghrib, ou après la quatrième : pour le Zhouhr, le Asr ou l’Ishâ ; on récite aussi la prière sur le Prophète (2), on cherche refuge auprès d’Allah contre le châtiment de l’enfer, le châtiment de la tombe, l’épreuve de la vie et de la mort, et l’épreuve du Faux Messie; et enfin, on fait beaucoup d’invocations.

Parmi les invocations permises a ce moment-la, on peut citer :
Seigneur ! Accorde nous belle part ici-bas, et belle part aussi dans l’au-delà,
Et protège-nous du châtiment du Feu !

Rabbanâ Atina fid-Douniya hassanatan wa fil-Akhirati Hassanatan wa Qina ‘Adhaban-Nâr

Comme l’a rapporté Anas qui a dit : « L’invocation que le Prophète récitait le plus était :
« Ô Seigneur, accorde-nous un bienfait ici-bas, et un bienfait dans l’au-delà,
et protège-nous du châtiment de l’enfer. »

Puis, on s’assied comme on l’a décrit pour la prière de deux Rak’a. Faire la même chose que le premier tashahhoud.
Sauf qu’il faut s’asseoir en faisant le tawarrouk, c’est-à-dire s’asseoir sur la cuisse gauche et faire passer le pied gauche sous le mollet droit.
Le pied droit doit être tenu verticalement. De temps en temps, allonger le pied droit sur le sol. Saisir le genou gauche par la main gauche pour tenir l’équilibre.

Puis, on salue en tournant la tête vers la droite.
De telle sorte que si des personnes sont situées derrière, puissent voir l’extrémité de la joue droite.
Puis, saluer à sa gauche. De telle sorte que si des personnes sont situées derrière, elles puissent voir l’extrémité de la joue gauche en disant :
Que le salut et la miséricorde d’Allah soient sur vous…
Que le salut et la miséricorde d’Allah soient sur vous.

As-Salâmou ‘Alaykoum wa Rahmatoullâh …
As-Salâmou ‘Alaykoum wa Rahmatoullâh

Par Cheikh Abdelaziz Ibn Baz

Nombre de Rakaat Lecture Remarque
Sobh 2 voix haute …
Dohr 4 voix basse …
Asr 4 voix basse …
Maghreb 3 voix haute 3ème raka’a à voix basse
Icha 4 voix haute 3ème et 4ème rakaat à voix basse
A savoir :
Une unité de prière ( raak’a ) se compose de la récitation d’ El Fatiha et d’une autre sourate ( Fatiha + Sourate ) sans oublier ( l’inclinaison + 2 prosternations )
Dans les prières de 3 ou 4 raka’at la 3ème et la 4ème raka’at se font toujours à voix basse et se composent uniquement de la sourate el Fatiha
Tous les Tashahoud se font à voix basse .

LA PRIERE : SOURATES A MEMORISER

Dans ce document, vous trouverez des sourates extraites du Coran. Elles sont toutes relativement courtes, et ce, afin d’en faciliter l’apprentissage et la récitation lors de la prière. Trois textes sont présents : la version arabe, la phonétique et le français.

Sourate 1 : l’Ouverture Sourat Al-Fatiha

(1). Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(2). Al-hamdu li-llâhi rabbi-l-câlamîn (3). Ar-râhmâni-r-rahîm (4). Maliki yawmi-d-dîn (5). ‘iyâka nacbudu wa iyâka nastacîn (6). ‘Ihdina-s-sirâta-l-mustaqîm (7). Sirâta-l-ladîna ancamta calayhim, gayri-l-magdubi calayhim, wa la-d-dâllîn.

(1). Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux.
(2). Louange à Dieu, Seigneur des Mondes (3). Le Clément, Le Miséricordieux. (4). Maître du jour du Jugement. (5). C’est toi que nous adorons, de Toi seul implorons le secours. (6). Guide-nous dans le droit chemin. (7). Chemin de ceux que Tu as comblé de bienfaits, non de ceux que Tu réprouves, ni des égarés.

Sourate 114 : les hommes Sourat al-nâs

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). Qoul a’oûdou bi rabbi-n-nâs (2). Maliki-n-nâs (3). Ilahi-n-nâs (4). Min charri-l-waswâsi-l-khannâs (5). Alladî youwaswisou fî soudoûri-n-nâs (6). Minal jinnati wa-n-nâs.

Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). Dis, je cherche refuge auprès du Maître des hommes (2). Du roi des hommes (3). Du Dieu des homme (4). Contre la méchanceté de celui qui suggère les mauvaises pensées et qui se dérobe (5). Qui souffle le mal dans le cœur des hommes (6). Qu’il soit lui-même génie ou homme

Sourate 113 : L’aube naissante Sourat al falaq

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). Qoul a’oûdou bi rabbi-l-falaq (2). Min charri mâ khalaq (3). Wa min charri ghâsiqin idâ waqab (4). Wa min charri-n-naffâthâti fi-l-’ouqad (5). Wa min charri hâsidin idâ hasad.

Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). Dis, je cherche protection auprès du Seigneur de l’aube naissante (2). Contre la méchanceté des êtres qu’il a créés (3). Contre les dangers de la nuit qui s’épaissit (4). Contre les artifices de celles qui soufflent sur les nœuds (5). Et contre les attaques de l’envieux quand il envie.

Sourate 112 : La pureté Sourat-l-ikhlâs

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). Qoul houwa-l-lâhou ahad (2). Allâhou-s-samad (3). Lam yalid wa lam yoûlad (4). Wa lam yakoun lahou koufouwan ahah.

Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). Dis, c’est un Dieu Unique (2). Dieu l’Absolu (3). Il n’a point engendré et n’a pas été engendré (4). Et Il n’a point d’égal.

Sourate 111 : La corde Sourat-l-massad

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). Tabbat yadâ abî lahabin wa tab (2). Mâ aghnâ ‘anhou mâlouhou wa mâ kasab (3). Sa yaslâ nâran dâta lahab (4). Wa mra-atouhou hammâlata-l-hatab (5). Fî jîdiha habloun min masad.

Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). Que périssent les deux mains d’Abou Lahab et qu’il périsse lui même (2). Sa fortune et ses biens seront vains (3). Il subira l’impact d’un feu ardent (4). Ainsi que sa femme, porteuse de bois (5). Dont le cou est attaché par une corde rugueuse.

Sourate 110 : Le secours Sourat-n-nasr

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). Idâ jâ-a nasrou-l-lâhi wal fat’h (2). Wa ra ayta-n-nâsa yadkhouloûna fi dîni-l-lâhi afwâja (3). Fa sabbih bi hamdi rabbika wa staghfirhou innahou kâna tawwâba.
Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). Quand viendront le secours divin et la victoire (2). Et que tu verras les gens embrasser en masse la religion de Dieu (3). Exalte alors ton Seigneur, et implore Son pardon. Il est toute mansuétude.

Sourate 109 : Les mécréants Sourat-l-kâfiroûn

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). Qoul yâ ayyouhâ-l-kâfiroûn (2). Lâ a’boudou mâ ta’boudoûn (3). Wa lântoum ‘abidoûna mâ a’boud (4). Wa lâ ana ‘abidoun mâ ‘abadtoum (5). Wa lântoum ‘abidoûna mâ a’boud (6). Lakoum dînoukoum wa liya dîni.

Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). Dis, ô mécréants (2). Je n’adore point ce que vous adorez (3). Pas plus que vous n’adorez ce que j’adore (4). Je n’ai jamais adoré ce que vous adorez (5). Et vous n’avez jamais adoré ce que j’adore (6). Vous avez votre religion et moi j’ai la mienne.

Sourate 108 : L’abondance Sourat-l-kawthar

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). Innâ a’taynâka-l-kawthar (2). Fa salli li rabbika wa n har (3). Inna châni-aka houwa-l-abtar.

Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). Oui, nous t’avons accordé l’abondance (2). Prie donc ton Seigneur et sacrifie (3). Celui qui te hait périra sans laisser de trace.

Sourate 107 : L’aide Sourat-l-mâ’un

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). A ra-ayta-l-ladî youkaddibou bi-d-dîn (2). Fa dâlika-l-ladî yadou’ou-l-yatîm (3). Wa la yahoudhdhou ‘alâ ta’âmi-l-miskîn (4). Fa wayloun li-l-mousallîn (5). Alladînahoum ‘an salâtihim sâhoûn (6). Alladînahoum yourâ oûn (7). Wa yamna’oûna-l-mâ’oûn.

Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). As-tu remarqué celui qui traite la religion de mensonge (2). C’est celui qui repousse l’orphrlin (3). Et n’incite point à nourrir le pauvre (4). Malheur à ceux qui font la prière (5). Et la font négligement (6). Qui la font par ostentation (7). En refusant d’aider leur prochain.

Sourate 106 : Qurayshites Sourat qouraych

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). Li îlâfi qouraych (2). Ilâfihim rihlata-ch-chitâ-i wa-s-sayf (3). Fal ya’boudoû rabba hâda-l-bayt (4). Alladî at’amahoum min joû’in (5). Wa âmanahoum min khawf.

Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). Assurant ainsi aux Qurayshites la sécurité (2). Afin qu’ils puissent vaquer, sans risques, à leur voyages en hiver comme en été (3). Qu’ils adorent donc le Seigneur de cette demeure (4). Qui les a nourris de la faim et délivré de la crainte.

Sourate 105 : L’éléphant Sourat-l-fil

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). Alam tarâ kayfa fa’ala rabbouka bi ashabi-l-fîl (2). Alam yaj’al kaydahoum fî tadhlîl (3). Wa arsala’alayhim tayran abâbîl (4). Tarmîhim bi hijâratin min sijjîl (5). Fa ja’alahoum ka’asfin ma-koûl.

Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). Ne sais-tu pas comment ton Seigneur a agi avec les hommes de l’éléphant (2) N’a-t-il pas déjoué leur stratagème (3). Il a envoyé contre eux des oiseaux par vague (4). Qui leur lançaient des pierres d’argile (5). Il les réduisit à l’état de paille mâchée.

Sourate 104 : Le diffamateur Sourat-l-houmaza

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). Wayloun likoulli houmazatin loumazah (2). Alladi jama’a mâlan wa’addadah (3). Yahsabou anna mâlahou akhkadah (4). Kâlla la younbadanna fil houtamah (5). Wa mâ adrâka mal houtamah (6). Nârou-l-lâhi-l-moûqadah (7). Allati tattali’ou ‘ala-l-af-idah (8). Innahâ ‘alayhim mou sadah (9). Fi’amadin moumaddadah.

Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). Malheur à tout diffamateur médisant (2). Qui amasse les richesses et se complait à les compter (3). Qui croit s’assurer par elles l’éternité (4). Erreur, il sera précipité dans l’enfer (5). Et qui t’apprendra ce qu’est l’enfer (6). C’est le feu de Dieu, le Feu inextinguible (7). Qui pénètre jusqu’aux entrailles (8). Qui encerclera les hommes (9). Par d’immenses colonnes.

Sourate 103 : Du siècle Sourat-l-’asr

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). Wa-l-’asr (2). Inna-l-insâna la fî khousr (3). Illa-l-ladîna âmanou wa ‘amilou-s-sâlihât, wa tawâsaw bi-l-haqqi wa tawâsaw bi-s-sabr.

Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). J’en prends le siècle à témoin (2). Que l’homme travaille à sa perte (3). Sauf ceux qui croient, pratiquent les bonnes œuvres et commandent mutuellement la droiture.

Sourate 102 : La passion des richesses Sourat-t-takathour

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). Al hâkoumou-t-takâthour (2). Hattâ zourtoumou-l-maqâbir (3). Kallâ sawfa ta’lamoûn (4). Thoumma kallâ sawfa ta’lamoûn (5). Kallâ law ta’lamoûna’ ilma-l-yaqîn (6). La-tarawounna-l-jahîm (7). Thoumma latarawounnahâ ‘ayna-l-yaqîn (8). Thoumma la tous alounna yawma-idîn ‘ani-n-na’îm.

Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). La passion des richesses vous préoccupe (2). Jusqu’au moment où vous serez portés dans la tombe (3). Vous apprendrez plus tard la vérité (4). Oui vous l’apprendrez (5). Ah ! si vous le saviez de science certaine (6). Vous verriez la fournaise (7). Oui vous la verriez avec l’œil de la certitude (8). Ce jour là, vous serez interrogés sur les bienfaits de ce monde.

Sourate 101 : Du choc Sourat-l-quari’a

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). Al-qâri’a (2). Ma-l-qâri’a (3). Wa mâ adraka ma-l-qâri’a (4). Yawma yakoûnou-n-nâsou ka-l-farâchi l-mabthouth (5). Wa takoûnou-l-jibâlou ka-l-’ihni-l-manfoûch (6). Fa-ammâ man thaqoulat mawâzînouh (7). Fa houwa fi’îchatin râdhiyah (8). Wa ammâ man khaffat mawâzînouh (9). Fa-oummouhou hâwiyah (10). Wa mâ adrâka ma hiya (11). Nâroun hâmiyah.

Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). Le choc (2). Qu’est-ce que le choc (3). Qui t’apprendra ce qu’est le choc (4). Le jour où les hommes seront dispersés comme des papillons (5). Où les montagnes seront réduites en légers flocons de laine (6). Celui dont les œuvres pèseront lourdement (7). Connaîtra une douce félicité (8). Celui dont les œuvres pèseront peu (9). Aura pour demeure l’abîme (10). Et qui t’apprendra ce qu’est l’abîme (11). C’est le feu ardent.

Sourate 100 : Des coursiers Sourat-l-’âdiyyât

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). Wa-l-’âdiyâti dhabhâ (2). Fal moûriyâti qad’ha (3). Fal moughîrâti soubhâ (4). Fa atharna bihi naq’â (5). Fa wasatna bihi jam’â (6). Inna-l-insâna li-rabbihi la-kanoûd (7). Wa innahou ‘ala dâlika lachahîd (8). Wa innahou lihoubbi-l-khayri la chadîd (9). A-falâ ya’lamou idâ bou’thira ma fi-l-qouboûr (10). Wa houssila mâ fi-s-soudoûr (11). Inna rabbahoum bi-him yawma-idin la-khabîr.

Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). Par les coursiers haletents (2). Qui font jaillir le feu sous les coups de leurs fers (3). Qui surprennent l’ennemi à l’aube (4). Qui soulèvent des nuages de poussières (5). Qui se fraient le chemin à travers la colonne de l’ennemi (6). En vérité, l’homme est ingrat envers son Seigneur (7). Il est témoin de tous cela (8). Mais il est passionnément attaché aux biens de ce monde (9). Ignore-t-il que le jour où les tombes s’ouvriront (10). Lorsque les secrets des cœurs paraîtront au grand jour (11). Dieu sera alors instruit de ses actions.

Sourate 99 : Du séisme Sourat-z-zalzala

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). Idâ zoulzilati-l-ardhou zilzâlahâ (2). Wa akhrajati-l-ardhou athqâlahâ (3). Wa qâla-l-insânou mâ lahâ (4). Yawma-idin touhaddithou akhbârahâ (5). Bi anna rabbaka awhâ lahâ (6). Yawma-idin yasdourou-n-nâsou achtâtan li youraw a’mâlahoum (7). Fa-man ya’amal mithqâla darratin khayran yarah (8). Wa man ya’mal mithqâla darratin charran yarah.

Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). Lorsque la terre entrera dans sa dernière convulsion (2). Lorsqu’elle rejettera sa charge (3). L’homme demandera « qu’a t-elle? » (4). Ce jour là, elle contera son histoire (5). D’après ce que son Seigneur lui révèlera (6). Ce jour là, les hommes s’avanceront par groupes pour voir leurs œuvres (7). Celui qui aura fait le bien du poids d’un atome le verra (8). Celui qui aura fait le mal du poids d’un atome le verra.

Sourate 97 : Le destin Sourat-l-qadr

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). Innâ anzalnâhou fi laylati-l-qadr (2). Wa mâ adrâka mâ laylatou-l-qadr (3). Laylatou-l-qadri khayroun min alfi chahr (4). Tanazzalou-l-malâ-ikatou wa-r-roûhou, fîha bi idni rabbihim min koulli amr (5). Salâmoun hiya hatta matla’i-l-fajr.

Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). Oui, nous l’avons révélé la nuit du destin (2). Et qui te dira ce qu’est la nuit du destin (3). La nuit du destin vaut plus que mille mois (4). Cette nuit là, avec la permission de Dieu, les anges descendent sur terre avec l’esprit qui vivifie toute chose (5). La paix accompagne cette nuit jusqu’à l’aurore.

Sourate 95 : Le figuier Sourat-t-tîn

Bismi-l-lâhi-r-rahmâni-r-rahîm
(1). Wa-t-tîni wa-z-zaytoûni (2). Wa toûri sînîn (3). Wa hâda-l-baladi-l-amîn (4). Laqad khalaqna-l-insana fi ahsani taqwîm (5). Thoumma radadnâhou asfala sâfilin (6). Illâ-l-ladîna âmanou wa’amiloû-s-sâlihâti fa lahoum ajroun ghayrou mamnoûn (7). Fa-mâ youkad dibouka ba’dou bi-d-dîn (8). A-laysa-l-lâhou bi ahkami-l-hâkimîn.

Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux
(1). Par le figuier et l’olivier (2). Par le mont Sinaï (3). Par cette cité sacrée (4). Nous avons créé l’homme de la plus belle façon (5). Puis nous l’avons ravalé au plus bas de l’échelle (6). Exceptés ceux qui auront cru et fait le bien, eux auront une récompense éternelle (7). Peux-tu douter après cela (8). Dieu n’est-il pas le plus juste des juges?

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.